L’histoire du cidre

articleverger

L’origine du cidre remonte à la nuit des temps. On trouve la trace de ce « vin de pomme » chez les hébreux, les romains, les grecs. Il s’agissait alors d’un breuvage réalisé à base du jus fermenté de fruits sauvages. En Biscaye (Pays basque) était consommé le « Phitarra », une boisson obtenue à partir de morceaux de pommes et de miel bouillis dans de l’eau. Ce « sydre » issu de pommiers de meilleure qualité fut ramené dit-on en France au VI siècle par des marins dieppois. Il est à l’origine du cidre tel qu’on le connait aujourd’hui.

Des ouvrages du IXe siècle font référence à des allées de pommiers entourant l’Abbaye de Saint Wandrille. Mais c’est réellement à partir des XIe et XIIe siècles que la culture des pommiers voit le jour en France, sous l’impulsion des religieux. Les régions productrices d’un vin de médiocre qualité en raison du climat peu favorable aux vignes se tournent alors vers cette nouvelle culture. Il en est ainsi en Normandie, en Bretagne, en Picardie, en Ile de France. L’âge d’or du cidre démarre.

A partir du XIIIe siècle, la production et la vente du cidre va considérablement se développer dans tout l’ouest et le centre de l’Europe notamment grâce à l’invention de la presse. Les progrès apportés au XIVe siècle dans la sélection des espèces d’arbres et de fruits et les méthodes de fabrication vont permettre au cidre de conquérir toutes les catégories sociales et de devenir une des boissons privilégiées des français, supplantant même au XVIe siècle le vin et la cervoise.